Un monde-machine mis en abîme

Il y a quelques jours nous avons poussé les portes du « Creux de l’enfer » au cœur de la cité coutelière pour découvrir un univers hors du temps… Retour sur ce break qui nous a permis d’entrevoir le travail de Samuel Rousseau.

Depuis le 3 octobre, le centre d’art contemporain thiernois accueille l’exposition « Un monde-machine mis en abîme » dans laquelle Samuel Rousseau livre sa vision sur le monde qui nous entoure. Mais avant de vous faire partager nos impressions sur ses œuvres, quelques mots sur cette friche industrielle devenue en 1988 un centre d’art contemporain, qui ne vous laissera pas indifférent, croyez-nous !

Lieu atypique pour expositions audacieuses
Située dans une ancienne coutellerie réaménagée au cœur de la Vallée des Usines, Le Creux de l’enfer se définit comme un « lieu d’expériences artistiques inédites » où se côtoie sculpture, peinture, photographie sans oublier la vidéo.
Objectif visé par ce site dont l’emblème est un petit diable : proposer aux visiteurs de « ressentir, voir, écouter, déambuler, expérimenter, dialoguer, débattre … ». Vaste programme mais nous pouvons vous assurer que le contrat est rempli avec l’exposition en cours !
Sur 2 niveaux, le site accueille chaque année 3 expositions : 2 monographies et le festival du sabbat. En effet depuis 2001, le site offre à de jeunes artistes prometteurs, issus de l’école supérieure d’art de Clermont Métropole et de l’école nationale supérieure des beaux-arts de Lyon, d’exposer lors du cycle d’exposition « Les enfants du Sabbat ».

Samuel Rousseau : plasticien magicien de la vidéo

Pour l’heure, c’est le travail de Samuel, grenoblois d’adoption qui est présenté en 14 points répartis sur 500 m². Ce dernier recycle des matériaux anodins en leur attribuant une fonction nouvelle. Pari original, réussi.
Au rez-de-chaussée, on se laisse surprendre par la construction magistrale et palettisée qui devient le théâtre animé de vagues silhouettes colorées, sur fond de brouaha ambiant, le tout dans un univers très industriel.

A l’étage, on découvre  des « sphères géopoétiques », 8 exemplaires des « Urban Totem » ou encore 5 « Board burg »,les flacons en plastique servent d’écrans vidéos, le plexiglass se marie à merveille au bois et à la peinture…
Ces œuvres curieuses, pour la plupart inédites, nous font réfléchir sur les matériaux, les contrastes et nous offrent un nouveau regard sur les objets de notre environnement.
Un entretien vidéo de l’artiste est diffusé à la fin du parcours.

Visites guidées et ateliers

Possibilité de participer à une visite commentée un dimanche sur 2 à 15h sans réservation moyennant 2,50 € (gratuit pour les – de 18 ans). Prochaine date : 4 novembre.
Certains mercredis et dimanches (sur réservation, dans la limite de 20 personnes), des ateliers d’expression artistique sont proposés au tarif de 4,50 €.

L’exposition est visible jusqu’au 3 février 2013. Une idée de sortie à programmer cet automne !

Infos pratiques

Le Creux de l’enfer
85, avenue Joseph Claussat
63300 Thiers
Tél. : 04 73 80 26 56
Site : http://www.creuxdelenfer.net

Ouverture tous les jours, sauf les mardis de 13h à 18h.
Entrée libre et gratuite.

Pour faire connaissance avec Samuel Rousseau : http://www.samuelrousseau.com