Saint-Georges et hibou grand-duc : Notre visite de la cathédrale

Saviez-vous que les vitraux sont comme des bandes dessinées ? Qu’il y avait un pélican sur l’une des façades de la cathédrale de Clermont-Ferrand ? Et que la légende de Saint-Georges et du dragon est atroce même quand elle est racontée à des enfants ? Et bien nous non plus ! Mais lors de la visite guidée organisée par l’Office de Tourisme de Clermont-Ferrand, Notre-Dame-de-l’Assomption nous a révélé ses secrets et nous ne sommes pas du genre à les garder pour nous !

C’est devant l’Office de Tourisme, place de la Victoire, que le groupe et la guide se sont retrouvés. La visite commence face à la cathédrale et à la statue d’Urbain II, là où se trouvaient autrefois des bâtiments ecclésiastiques. Nous apprenons qu’il a existé trois autres édifices religieux sur l’emplacement actuel de la cathédrale. Ce qu’il en reste ? La crypte romane et quelques autres secrets peut-être… Demandée par l’évêque Hugues de la Tour vers 1248, il faudra pourtant plusieurs siècles à Jean Deschamps, Pierre de Cébazat et Viollet-le-Duc pour réaliser la cathédrale que l’on connaît aujourd’hui.

A l’intérieur, petits et grands écoutent attentivement notre guide assurer que malgré la légèreté et les nervures des piliers, la cathédrale ne risque pas de s’effondrer. Puis, en suivant les vitraux du déambulatoire, elle nous conte la légende de Saint-Georges et du dragon sans oublier les quelques atrocités de l’histoire.

La visite continue à l’extérieur, côté nord de la cathédrale. Une fois arrivés, nous tombons nez-à-nez avec une inscription en parfait état : « Le peuple français reconnoit l’Etre suprême et l’immortalité de l’âme », présente sur la plupart des églises françaises en 1794 et se référant au culte de l’Être suprême. Sur cette même façade, nous découvrons plusieurs sculptures :

  • Un pélican et ses petits, symbole de l’amour que Dieu a pour les croyants.
  • Sur une rosace, la représentation de tous les corps de métiers, avec au centre, le métier d’architecte comme clin d’œil de Viollet-le-Duc.

Petite astuce : autrefois l’entrée de la ville se faisait par l’entrée nord de la Cathédrale (Place de la Bourse), il fallait donc obligatoirement la traverser pour se rendre en ville. Aujourd’hui, c’est un peu mal vu mais très agréable lorsqu’il fait chaud !

Et, la prochaine fois faites attention au hibou grand-duc,  signature de l’architecte Viollet-le-Duc, qui vous regarde depuis les façades… L’avez-vous vu ?

 

Pour faire comme nous, du 15 juillet au 31 août, visite guidée de la cathédrale le mardi et vendredi à 11h par des guides conférenciers de l’Office de Tourisme. Mais d’autres visites sont également disponibles sur le site de l’Office de Tourisme.