Qui sont les pauvres dans nos campagnes puydômoises ?

Retraités modestes, agriculteurs en difficultés, jeunes qui ont du mal à s’insérer, travailleurs pauvres, personnes éloignées de l’emploi et en très grande difficulté : ils ont en commun de vivre avec peu, et de faire peu parler d’eux. La sociologue clermontoise Agnès Roche a sillonné pendant 3 ans nos campagnes puydômoises pour recueillir une centaine d’histoires de vies. Ce soir, elle nous aidera à mieux cerner les visages de cette pauvreté silencieuse.

L’image dominante de la pauvreté, c’est celle d’un pauvre des villes : dans sa version extrême c’est le sans domicile, sans ressources, sans attaches ; dans sa version courante, c’est le pauvre habitant dans une tour d’un quartier de relégation ou dans un centre-ville insalubre. Ces figures de la pauvreté sont bien réelles, mais il existe aussi une pauvreté dans nos campagnes : plus banale, et plus dissimulée, moins visible.

Aujourd’hui, c’est environ un cinquième de la population française qui vit en zone rurale. Et cette population rurale est plus souvent pauvre que la population urbaine (2 points de plus environ). Le monde rural concentre plus de personnes âgées que les villes (28 % de plus de 60 ans dans les campagnes françaises, contre 20 % dans les villes), mais aussi beaucoup d’ouvriers et d’employés. Les catégories modestes sont majoritaires à la campagne, et l’augmentation des prix de l’immobilier dans les villes pousse ceux et celles qui ont des ressources limitées à s’installer à la campagne.

Combrailles, Livradois, Sancy, Limagne : au fil de ses déplacements, Agnès Roche a observé une peur partagée par beaucoup : “la pauvreté, ça peut arriver à tout le monde”. Ces enquêtes démontrent qu’il n’en est rien, et que c’est bien souvent le destin social qui trace la voie.

La sociologue Agnès Roche est maître de conférences à l’Université d’Auvergne (Ecole de Droit), chercheuse au Centre Michel de L’Hospital. Ses recherches portent sur le monde rural, d’hier et d’aujourd’hui. Elle fait partie du comité scientifique du Groupe Petite Paysannerie, et elle est notamment l’auteur de « Emile Guillaumin, un paysan en littérature » (Paris, CNRS éditions, 2006).

Le Conseil général du Puy-de-Dôme nous convie ce soir à une conférence sur le thème « Etre pauvre à la campagne ».
RDV à 18h30 à la Chapelle des Cordeliers (9 place Sugny à Clermont-Ferrand)
Entrée gratuite pour ce RDV qui s’annonce extrêmement intéressant.