On l’appelle Super Pascale !

Les collaborations de travail nous amènent à découvrir des parcours parallèles insoupçonnés. Ainsi, Pascale Marcheix nous raconte comment, à ses heures perdues, elle gère une maison d’édition régionale : les éditions ACVAM !

Pascale_2Bonjour Pascale, alors dis-nous… tu viens d’où ? (Et si tu n’es pas du coin, qu’est-ce qui t’amène dans nos contrées auvergnates ?)
Je suis née en 1963 d’une mère auvergnate et d’un père breton. J’ai passé une première partie de mon enfance chez ma grand-mère maternelle dans la Haute-Loire à Langeac, puis 10 années en Algérie (coopération de mes parents). J’ai vécu ensuite à Ambert (père enseignant) jusqu’à mon baccalauréat. Après celui-ci j’ai suivi une formation en gestion des entreprises, années pendant lesquelles j’ai rencontré mon futur. Puis un premier emploi dans lequel je m’occupais de l’installation des jeunes agriculteurs du département. Mariage en 1990 et naissance de mon premier fils en 1991. Ensuite pendant 10 ans j’ai travaillé dans un organisme de formation de la région comme Assistante de direction. En 1998 naît mon deuxième garçon et je profite du congé parental pour créér mon entreprise.

Depuis quand existe Acvam et qu’est ce qui t’a poussé à monter cette maison d’édition ?
Mon père étant prof d’histoire, je baignais depuis longtemps dans les livres d’histoires et en plus mon père pendant ces weekends s’occupait à l’archéologie. Ma première publication fut donc pour lui avec un pavé de 600 pages sur les « Fortifications du pays d’ambert », puis vient la rencontre avec mon premier auteur Nicole Andrieux, les premières dédicaces, les premiers salons….

 

Quelle est ta ligne éditoriale ?
En tout cas à l’issue de mon congé parental ma décision était prise je me consacrais à l’édition de livres régionales. A l’époque j’habitais les Martres de Veyre, mon mari travaillant à Issoire, nous décidâmes de nous installer à Issoire et nous y resterons pendant 15 ans. Là l’entreprise a grandi tout doucement a vécu de grandes choses comme la diffusion de nos livre en bureaux de poste (pendant 5 ans), puis des flops aussi, ça arrive.
La maison d’édition se consacre à l’édition de romans terroirs et documents historiques (réédition de vieux livres ou histoire locale). A ce jour nous avons édité plus de 100 publications. Parmi celles-ci deux beaux succès, la réédition et diffusion de livres sur Emile Guillaumin (Allier), agriculteur engagé et écrivain et mon tout dernier une bande dessinée (petit plaisir personnel et coup de cœur) qui raconte la rencontre entre les auvergnats et les bretons.

Et à côté, que fais-tu ?
A côté de ma maison d’édition je profite de mes weekends pour faire du Tir sportif à Pont du Château. A j’oubliais depuis 2 ans j’ai déménagé sur Beauregard l’Evêque.
Je pratique ce sport au niveau départemental, régional et national pour certaines disciplines. J’assure également des prestations de service en gestion d’entreprise chez un ami installé à Clermont (All Numéric bien sûr).
Mon fils aîné finit ses études d’ingénieur en biologie médicale à Rennes et mon deuxième va passer cette année le BAC de français. Mon mari travaille comme agent administratif et financier à l’école de Chimie de Clermont.

Merci Pascale !