Rencontre poétique avec Cécilie (Les belles de savon)

Les Combrailles regorgent de richesses et de savoir-faire, mais ça, cela n’est plus à prouver. L’une de ces pépites, ce sont les Belles de savon, douceurs dermatologiques concoctées par Cécilie…

Bonjour Cécilie, alors dis-nous… tu viens d’où ? (Et si tu n’es pas du coin, qu’est-ce qui t’amène dans nos contrées auvergnates ?)
Née en région parisienne, Auvergnate de cœur depuis 30 ans, c’est là que j’ai choisi de me poser, en Combrailles, quand il a fallu trouver un nid pour ma petite famille.
Mes parents sont tombés amoureux de l’Auvergne avant moi et sur les 3 enfants , nous avons tous choisi d’y construire notre vie , c’est que le choix de cette région préservée, authentique, devait être le bon .

Et sinon, tu fais quoi dans la vie ?
Je fabrique du savon naturel, à la main et à l’ancienne, à partir de matières premières biologiques ou locales. En saponifiant à froid, je fais le choix de préserver l’environnement, un savoir faire ancien et la planète, tout ce qui me tient à cœur. Je crée des recettes originales, sans huile de palme, sans conservateur, ni additif, exemptes de paraben et de fragrances synthétiques pour protéger les peaux les plus fragiles.

C’est très bien çà… mais que faisais-tu avant ?
J’ai été fleuriste pendant 10 ans suite à un CIF à 30 ans et avant cela j’ai travaillé dans l’insertion professionnelle auprès de jeunes en difficultés.

Comment t’es venue l’idée de te lancer dans la création de savons ?
En prenant peur en décryptant les étiquettes de nos produits cosmétiques. Comme toutes les filles, j’aimais prendre soin de moi, tester de nouveaux produits et passer du temps chez mon esthéticienne ou dans les rayons des parfumeries. Quand j’ai réalisé qu’on se badigeonnait de graisse animale, de produits dérivés du pétrole ou de substances cancérigènes, j’ai drastiquement fait le tri dans ma salle de bain et je me suis intéressée à la Slow Cosmétique (http://www.slow-cosmetique.org). J’ai découvert que la nature mettait à notre disposition des ingrédients simples beaucoup plus efficaces et meilleurs marché que toutes ces crèmes qui nous promettent jeunesse et glamour et j’ai commencé à faire du savon parce que c’est la première chose qui abîme ou préserve notre peau au moment de la toilette biquotidienne. Avec une peau saine, hydratée et bien protégée, plus besoin de lait ou de crème, c’est là que les économies commencent !

Comment élabores-tu tes nouveaux produits ? Par exemple, comment choisis-tu tes senteurs ?
Je crée mes propres formules, toujours à base de lait pour plus de douceur .Comme le savon que je fabrique est naturellement glycériné, sur-gras et gorgé des trésors de la nature tel que le karité, le miel, les huiles essentielles, l’huile d’olive, je n’ai qu’à puiser dans cet immense pharmacopée.
En fait chacun de mes savons naît d’abord d’un univers particulier, d’une ambiance, d’un moment que je veux recréer. Pour ma gamme, inspirée du thermalisme et de La Belle Epoque, j’ai voulu imaginer l’univers olfactif de personnages ayant pu évoluer dans mon village à cette époque. Je suis partie des ingrédients qu’ils auraient pu utiliser ou qu’ils auraient pu trouver dans leur environnement direct, en fonction de leur métier ou de leur milieu social.
Ainsi, vous rencontrez Lucien, Le Jardinier et une bouffée de senteurs aromatiques évoquant son potager sous le soleil estival vient vous chatouiller les narines. Il contient du chanvre, cultivé à cette période pour la fabrication des draps qui séchaient sur les berges de notre verte Sioule. De la semoule de mais pour exfolier, des huiles essentielles de basilic, anis, romarin, fenouil en référence à ce qu’il aurait pu faire pousser dans son jardin. Et ça marche pour chaque savon, je vous fais les présentations plus en détails de tout mon petit monde sur mon site internet : http://lesbellesdesavon.com/new/fr/content/12-naissance-des-belles-de-savon

Et tes projets pour l’avenir, tu nous en parles ou c’est secret ?
Élargir la gamme avec d’autres baumes simples, de nouvelles eaux florales et bien sûr des savons, encore et toujours.
Mais aussi trouver le ou la commercial(e) idéal(e) pour mettre en valeur la gamme auprès des pros, ouvrir le comptoir à Châteauneuf de façon régulière et réussir à m’accorder un peu de temps en famille.

Dans ta jolie boutique, as-tu un produit chouchou ?
Ambroise reste mon homme idéal, un mélange subtil de classe et de vétiver, très solaire, audacieux comme un Arsène Lupin, un gentleman à l’ancien qui tenait la porte aux dames et rêvait d’aventure au volant d’une fringante automobile.

Merci Cécilie !

eau_micellaire Belles de savon