Antony Squizzato, artiste peintre

Au mois de mai, lors d’une flânerie dans les rues de Montpeyroux, notre œil vigilant a été attiré par les affiches de l’exposition en cours à la galerie d’art Quartiers d’été… Ni une ni deux, nous voilà rendues pour contempler les tableaux, faire l’acquisition de deux montres-ministres et discuter avec l’artiste Antony Squizzato, qui a très gentiment joué le jeu des questions-réponses.

Bonjour Antony, alors dis-nous… tu viens d’où ? (Et si tu n’es pas du coin, qu’est-ce qui t’amène dans nos contrées auvergnates ?)
anto_bdDe pas très loin en fait.. J’ai grandi à Aurillac, étudié à Clermont, et me suis finalement installé à Vic-Le-Comte il y a 10 ans, pour m’écarter de la civilisation, mais pas trop. On ne peut pas dire que j’ai fait le tour du monde.

Et sinon, tu fais quoi dans la vie ?
Je peins dans mon atelier de Vic-Le-Comte (un ancien cuvage de vigneron, où il reste encore les tonneaux, mais vides…). Jusqu’à fin septembre je tiens une galerie à Montpeyroux.
Sinon je dessine aussi des monstres qui plaisent à mes enfants et à ceux des autres , (www.ministryofmonsters.com) et je fais des illustrations (www.mynameisanto.com) , le plus souvent pour des labels de disques.

C’est très bien çà… mais que faisais-tu avant ?
Jusqu’à 2014 j’ai été directeur de création de l’agence digitale Periscope à Clermont, que j’avais co-fondée avec un copain du lycée, Julien Gouttenègre en 1999. J’y ai fait de l’illustration, du design graphique, de la direction artistique, de l’animation 2D ou 3D et de la vidéo, et surtout beaucoup de sites web pour vendre des chaussures, des voitures, des vacances…

Qu’est ce qui t’a incité à faire le grand plongeon ? 
Un besoin vital de changement.. Je n’avais connu que la vie d’entrepreneur depuis la fin de mes études. J’accumulais une certaine frustration de ne pas pouvoir développer mon univers, ma création. C’était devenu pour moi particulièrement angoissant de devoir passer ma vie en réunion où derrière des écrans, alors que j’aspirais à travailler avec mes mains, à revenir à du matériel et de l’artisanal.
Je n’ai rien contre le tout-digital, mais pour moi, c’était le moment de passer à autre chose.

Tu nous parles de Ministry of Monsters ?
C’est un projet que j’ai débuté en 2011. Le principe était simple : une semaine = un monstre-ministre… ça m’amusait, ça amusait mes enfants, et ça me permettait de donner vie à tous les personnages que je griffonne souvent sur des post-its. L’idée c’est de dire qu’il y a forcément un côté « monstrueux » dans chacun de nous, une face B enfouie quelque part, plus ou moins visible. Le rythme est moins soutenu depuis que je peins, mais j’ai quand même une palanquée de 70 ministres dont rêveraient beaucoup de gouvernements.

Quelle est ton actu aujourd’hui Antony ?
Je suis à La galerie Quartiers d’Eté jusqu’a fin Septembre et la fin d’année sera assez fournie en expos : d’abord je serais invité au CHU Estaing à Clermont, à partir du 15 Septembre, puis je participe au projet Passeur de Cultures organisé par l’Epicerie d’Art, pour ensuite exposer au Casino de Montrond-Les-Bains (Octobre-Novembre) et devrais également exposer à La Chataigneraie à Beaumont en fin d’année.

Et tes projets pour l’avenir, tu nous en parles ou c’est secret ?
Je travaille sur un projet de recherche plus abstrait, sur le rapport entre le paysage et la technologie. Il sera probablement visible fin 2014.
En parallèle, je continue à développer un univers de portraits, qui peignent ma vision du monde, à travers notre rapport à la technologie, aux marques, et au temps.
Mes dernières peintures se rattachent plus au mouvement pop-surrealisme (ou lowbrow art), qui se nourrit de la culture punk, comics, street… et sa matérialise par des œuvres de facture généralement classique –souvent de belles huiles sur du bois- , chargées d’humour, et d’une vision souvent cynique de notre société.
Si vous ne connaissez pas, je vous invite sans attendre à découvrir le travail de Ron English (https://www.popaganda.com/), Bob Dob (http://www.bobdob.com/) , ou encore Charlie Immer (http://charlieimmer.com/), ou Mark Ryden (http://www.markryden.com/).

Merci Antony !
Suivez son actualité sur http://squizzato.com/